Les messages positifs pour améliorer les performances

Les enfants qui pratiquent une discipline sportive entendent assez fréquemment des mots d’encouragement tels que « fonce ! », « c’est toi le meilleur », « surpasse-toi ! » « Tu vas y arriver »,  la liste est longue ! Bien souvent, ces mots entrent par une oreille et ressortent rapidement par l’autre. C’est du moins ce que l’on croit. Qu’arriverait-il si en fait ces mots étaient intériorisés et utilisés à des fins de performances ? Une telle éventualité est-elle seulement possible ?

La fatigue : un concept mis à l’étude

D’après les études réalisées par les scientifiques du sport de l’université de Kent, les mots d’encouragement si souvent occultés par notre conscience sont récupérés par notre subconscient. Ils serviraient à booster la performance des athlètes dans les instants cruciaux d’une compétition. Comment ? C’est assez simple. La fatigue est un des éléments qui jouent contre nous les sportifs. C’est l’une des causes majeurs qui peut assez facilement faire perdre une compétition. Pendant longtemps, il a été dit que la fatigue était essentiellement due à des facteurs physiologiques. Cependant, des recherches ont plus tard donné jour à une nouvelle théorie dite du « Gouverneur central ». D’après cette dernière, il semblerait que notre système nerveux soit conditionné de façon à ce que nos efforts tendent à se réduire dans une situation de fatigue extrême.

Samuele Marcora étude sur les messages positifs subliminauxMais, d’après Samuele Marcora, spécialiste en sciences du sport à l’université de Kent, tout est lié à ce qu’il appelle le modèle psycho-biologique. D’après celui-ci, l’état de fatigue d’un athlète est lié à la perception qu’il se fait de ses propres efforts, ainsi qu’à son niveau de motivation. Des recherches plus approfondies ont conduit Marcora à se demander si l’introduction de messages positifs subliminaux dans le subconscient des athlètes pouvait aider à retarder l’apparition des symptômes de la fatigue. Pour avoir une réponse adéquate à ce questionnement, il s’avéra nécessaire de procéder à quelques expériences.

Des expériences concluantes

Pour vérifier son hypothèse, Marcora a rassemblé 16 jeunes athlètes auxquels il a été demandé d’effectuer un certain nombre d’exercices physiques particulièrement éprouvants. Des flexions du biceps à différents stades de fatigue. A la fin de cette première série d’expériences, il leur a été demandé d’évaluer sur une échelle de 1 à 10, leur perception du niveau de difficulté de l’exercice auquel ils avaient été soumis.

Une seconde expérience a par la suite consisté à leur faire reprendre les exercices en projetant sur un écran, des images de visages heureux d’une part, et celles de visages tristes d’autre part ; Notez que les images n’étaient projetées que pendant une fraction de secondes, de quoi les rendre presque imperceptibles. Pourtant, ceux parmi les jeunes qui étaient parvenus à voir des visages souriants eurent 3 minutes d’endurance de plus que ceux qui avaient vu des visages tristes.

Enfin, un 3ème test basé sur le même principe a consisté à faire défiler devant les athlètes, des mots de motivation d’une part, et des mots pour décourager d’autre part. Une fois de plus, les performances des athlètes positivement stimulés étaient meilleures à celles de ceux « négativement » touchés.

A ce titre, l’expérience fut largement concluante. Marcora se mit à envisager la possibilité de stimuler les athlètes de la sorte, avant et pendant les compétitions, en leur faisant peut-être porter des lunettes sophistiquées qui feraient défiler des messages positifs.

Que faire de tout cela ?

Si les messages positifs permettent d’améliorer les performances, alors il ne faut pas s’en priver ! On est tous déjà au courant que l’encouragement des athlètes pendant l’effort permet d’améliorer les performances. N’importe quel coureur de fond, marathonien, ultra-runner et autre peut témoigner que les moindres messages positifs d’encouragement frappent direct au cœur et permettent de continuer. N’importe quel joueur de foot, de rugby, de basket, de hand, n’importe quel volleyeur, n’importe quel compétiteur peut vous certifier que lorsqu’on joue à la maison et que les supporters sont là, on a du baume au cœur et se sent pousser des ailes lorsque la clameur rugit dans les tribunes. Alors quel est donc l’intérêt de cette étude ? Et bien maintenant, c’est scientifiquement prouvé que l’encouragement et la réception de messages positifs permet d’améliorer la performance des athlètes.

Les entraineurs doivent donc comprendre cela et se forcer à rester en tout moment POSITIFS. Car si la réception de messages positifs permet d’améliorer la performance, la réception de messages négatifs va détériorer les performances !

Il ne faut pas dire :

On arrête les passes à l’aveugle !

Mais plutôt :

Bien tenté Antoine, la prochaine fois, prend une seconde de plus pour assurer la passe !

Il ne faut pas dire :

Arrête de partir tout seul en attaque !

Mais plutôt :

Arnaud est tout seul, il faut accélérer le soutient ! Arnaud, emmène-les avec toi !

Soyez positifs ! Toujours !

Carl LewisComme bien souvent, c’est la communication au sein de l’équipe qui fait la différence. Pour améliorer vos performances, rien de mieux qu’on outil efficace. Yaentrainement est la solution !

 

Laisser un commentaire